Fraude fiscale, détournement de fonds : Thierry Solère entendu par les juges, trois jours d’affilée

04 Oct

Fraude fiscale, détournement de fonds : Thierry Solère entendu par les juges, trois jours d’affilée

Il est reproché au député LREM une « ribambelle d’infractions » financières. Parmi lesquelles : avoir usé de son influence locale pour octroyer des contrats à des entreprises pour lesquelles il travaillait.

Trois jours d’audition, c’est long. C’est un véritable marathon judiciaire dans lequel s’est retrouvé Thierry Solère. Le député La République en Marche (LREM) est entendu par trois juges d’instruction spécialisés dans les infractions financières pour la troisième journée d’affilée, révèle ce vendredi 4 octobre « le Parisien ». Il y a un an et demi, l’élu des Hauts-de-Seine avait été placé en garde à vue à Nanterre, dans les locaux de la police anti-corruption. Il en était ressorti libre. Le 1er février 2019, une information judiciaire avait été ouverte pour « recel de violation du secret professionnel, détournement de fonds publics et recel, trafic d’influence et recel, abus de biens sociaux ».

L’enquête ouverte initialement pour « fraude fiscale » a depuis été élargie à une « ribambelle d’infractions » indiquent les journalistes du « Parisien ». Thierry Solère est soupçonné, entre autres, d’avoir embauché « fictivement », comme assistante parlementaire, la femme de l’ancien dirigeant d’une société pour laquelle il avait travaillé, d’avoir favorisé l’octroi de marché public, en tant qu’élu local, à des entreprises dans lesquelles il intervenait dans le cadre de ses activités de conseil ou d’avoir contracté de faux prêts pour acheter trois appartements avec l’aide d’un promoteur local